Nouvelles de 1975




Robert Mathias :

Toujours célibataire donc sur ce point rien à signaler ou trop...... Depuis la sortie de l'ENIL J'ai travaillé aux Ets ROUSSET à Vénissieux (69) dans le lait frais ave quelqus uns d'entre nous ,
je faisais quelques repiquages au laboratoire  . De 1968 à 1970, j'ai regagné l'Auvergne, plus exactement l'avenir coopératif  d'Auvergne à Gerzat où je me suis occupé de la fabrication des
 yaourts et du beurre.
J'ai ensuite essayé de vendre du P3Z chez HENKEL , un bref tour de France de trois mois  et depuis février 1971 j'ai quitté la laiterie et HENKEL pour le Service de
la Répréssion des Fraudes  et du Contrôle de la Qualité où je suis toujours actuellement. J'effectue des contrôles au coeur du pays vert , c'est-à-dire dans le Cantal, le travail est varié ,
je visite les alimentations , les laiteries, les restaurants etc....   jusqu'aux voitures d'occasion, je fourre mon nez partout... l'accueil est généralement bon sauf quand je mets une " prune " ou PV .

Au moment ou j'écris ces  quelques lignes je m'apprête à partir pour Montpellier car ayant été reçu au concours de contrôleur, je vais y effectuer un stage de six mois pour en apprendre un peu
 plus..
J'espère que vous répondrez " présents "le 26 avril prochain , je sais qu'il est parfois difficile de se libérer , mais je crois qu'il faut faire un effort particulier cette fois : 10 ans .... ça s'arrose  !

                                                    
                                                             Salut à tous, à bientôt


Robert


Tony Maniaval :



                   la famille en 1975


Dix ans ont passé depuis la sortie de notre promo. Il est donc grand temps que nous reprenions contact les uns et les autres et que se resserrent entre nous des liens d'amitié . Tout d'abord
il est nécessaire
que chacun d'entre nous fasse une autobiographie, afin d'informer le reste de la promo sur sasituation et ce qu'il a fait depuis notre séparation. Pour ma part je suis resté
un an comme moniteur à l'E.N.I.L. histoire de me perfectionner un peu et de voir venir. Je suis ensuite allé pendant à peu près trois ans dans " industrie " dans deux petites laiteries de

la région  successivement Aux Ets AVENAL à Murat puis chez R. BELLOT à Lascelles . J'ai travaillé dur pendant ces quelques années , puis il y a eu un poste de maître auxiliaire  à L' ENIL
où je suis revenu
le premier décembre 1969. Je suis resté deux ans sur ce poste puis j'ai passé le concours de professeur technique adjoint de collège agricole et après un an de stage
et formation pédagogique à l'extérieur ,
je suis revenu à l'école pour y occcuper un poste : observations sur les TP le matin et quelques cours de fromagerie l'après midi.... l'ambiance est bonne ,
il y a beaucoup de nouveaux jeunes .
Sur le plan familial, je me suis marié le 10 février 1968 ( fameuse année !) et j'ai eu un petit Benoît le 31 décembre  de la même année et une fille
Marie -Ange le 25 avril 1970 .... et maintenant , c'est terminé,
tout le monde se porte bien, tout est pour le mieux.
Ceux que j'ai revu :
Roche - Mathias-Menu-Manhes-André-Vigier-Delavaud-Defives-Clavurier-Certenais-Bréchet.
Ceux dont nous sommes sans nouvelles:
Abes-Dony-Bonnet-Grand-Petit-Pourtugau.
J'espère de tout coeur que ce cahier va nous apporter beaucoup de ce côté là et je vous dis au 26 avril  quoique j'aie bien peur que la  progression de ce dossier de nouvelles n'en aie pas
terminé de sa boucle 
à cette époque , alors de grâce... faites vite

Tony

PS  Je m'occupe de l'Amicale dont je suis devenu Secrétaire Trésorier .

      Jacques Manhes :


une magnifique cave d'affinage !














Bon, à l'initiative d'Antonin Maniaval, en espérant nous retrouver cette année après 10 ans . Auditeur libre à l'école  ( dispensé de corvée de cochons ! ) je suis resté à Aurillac dans l'entreprise de mon père  " FROMAGERIE MANHES " , partie fabrication des fromages  la partie la plus importante étant celle de l'affinage des fromages d'Auvergne : Cantal, Bleu d'Auvergne, Saint Nectaire  et Fourme d'Ambert .
Nous avons un tunnel  SNCF qui sert de cave de " bonification ", je joins la photo pour publicité ... merci.
Je suis marié depuis le 21 mars 1970 à une vigneronne de l'Hérault qui m'a procuré du vin et trois enfants :
- Julien ..... 11 février 1971
- Luc  ....... 23 avril 1972
- Anais  ..... 3 juin 1974
Qui dit mieux !
L'air du pays est bon, retrouvons nous y cette année

                                                                         Bien amicalement    ... à bientôt

                                                                                               Jacques  Manhes

   Jean-Marie André :


Mon épouse Yvette



Les enfants

    Depuis deux mois je suis en possession de ce cahier et je m'en excuse auprès de tout le monde , de tous les gars de la promo. Personnellement je félicite Tony, Mathias, ainsi que
Jean Pierre  ( que j'ai perdu de vue  ) pour cette belle initiative .Pour ma part ces 10 années ont passé très vite . Mes deux ainés vous les connaissez , ils ont 10 ans de plus  et il y a
 deux ans Ghislaine est venue agrandir la famille .A la sortie de l'école j'ai passé trois ans dans un site formidable ( Gorges du Tarn ) un travail également très intéressant  qui est la Fonte .
Durant cette période j'ai eu l'occasion et surtout le plaisir d'avoir la visite de Jean pierre Roche, mais un accident de travail me fit perdre la vue à l'oeil gauche . Suite à un changement
de direction je suis revenu aux Fromageries des Gorges du Tarn  en tant que chef du poste  d'Uperisation et depuis maintenant bientôt 6 ans je demeure à Rodez .
En vous priant de m'excuser du retard que j'ai apporté , à rédiger ces quelques lignes, je vous adresse à tous mes meilleures amitiés.

           Jean-Marie André.

Géraud Vigier :

Salut à tous j'espère que vous " pètez la santé " car quand on a la santé ......
André s'excuse d'avoir gardé le cahier assez longtemps , je peux aussi faire mon mea culpa pour la même raison, enfin c'est parti , je me décide à gribouiller ma page.
Sorti de l'E.N.I.L. , à peine le temps de réagir et me voila bidasse , comme beaucoup d'entre vous je suppose .... 16 mois de colonie de vacance à Berlin Tegel dans
 l'armée de l'air. J'en suis revenu en février 68 et aussitôt  l'E.N.I.L. me proposait une place dans la poudre de lait qui démarrait le premier avril 1968 à la SIP de Tonneins ( 47 ) .
J'y suis resté 7 ans responsable de laboratoire et je viens juste de me rappatrier à Saint Flour . La aussi je débute avec une usine neuve SICA Centre Sérum destinée
 à sècher les lactosérums de fromagerie du Cantal. . Je suis responsable de l'usine et dois m'occuper  du Labo, pas mal de travail en perspective.... Mon Directeur est
Ajalbert ancien élève de l'école , promo avant la nôtre .Sur le plan familial, rien à signaler , toujours célibataire, j'occupe mes rares loisirs entre le Ski, la voile et la moto.
Je n'ai pas pu revenir à l'assemblée générale cette année , mais espère y être l'an prochain ... à bientôt .

  Géraud  Vigier .

Guy Conté :

Rontignon le 3 juillet 1975 .
C'est une agréable surprise de trouver ce cahier après 10 ans passés , mais il serait très intéressant de se revoir après la boucle complète,
c'est une très heureuse initiative en tout cas de la part de tous les trois ( Tony, Roche et Mathias ) .Eh bien voila, après une sortie de l'ENIL,
 j'ai fait la SPIL à Douai puis mon service militaire à Pau ensuite les choses sérieuses sont arrivées avec un stage de quelques mois à la laiterie
 de l'agenais d'ou je pouvais chercher quelque chose de fixe , ce qui est arrivé en novembre 68 car je fus admis comme responsable de
 laboratoire  à la laiterie  de Villecomtal à l'usine de Rontignon près de Pau . Actuellement je suis toujours fidèle  au poste et le travail est intéressant ,
 nos principales fabrications sont le lait pasteurisé  et le lait upérisé en brik , la poudre de lait et de lactosérum. Nous faisons aussi de l'exportation vrac
 sur l'Espagne dont je m'occupe avec le laboratoire.
Je suis marié depuis août 1970 et j'ai 2 enfants :
 - Frédéric en février 1971.
 - Sébastien en juin   1972 .
Je pratique toujours le rugby pour me maintenir en forme.
Je n'ai jamais eu l'occasion de venir aux réunions , par négligence peut être et je le regrette !! .....
mais je me dis toujours :" il faut que tu montes à Aurillac  " !!  mais ici dans notre sud on fainéante
 un peu  !??
Espérant vous voir  un de ces jours, je vous salue bien amicalement , à tous  et à bientôt  .

  Guy Conté .

P.S.  Je ne connais pas l'adresse d'Abes mais  il est marié et il vend des frites dans les plus grandes foires de France  ( je l'ai vu à la foire de Lille en 1973 )
 c'est un peu vague comme précisions ?????

Bernard Delavaud :

C'est moi aussi avec plaisir que j'ai reçu le présent cahier de promo et que je vais y ajouter mon petit baratin. Je trouve cette initiative très heureuse
et quelle que soit la façon dont les dés ont roulé pour chacun d'entre nous , cela  ne peut être que sympathique et surement fort agréable de renouer
 certains liens disparus avec les dix années qui viennent de passer .
Alors parlons un peu de ces dix années  !
A ma sortie de l'ENIL je disposais d'un an avant de partir à l'armée , j'ai donc de suite réintégré l'entreprise familiale où j'ai essayé de mettre en pratique
 ( sans grand succès d'ailleurs ) ce que je venais d'apprendre ! Ensuite on m'appella " sous les drapeaux " . Je ne voudrais choquer personne mais mes 16 mois
d'armée ce fut  " le club Méditéranée  " en mieux  parce que gratuit; à savoir  7 mois à la Martinique, 5 mois en Guyane et le reste à la guadeloupe et aux
 Bermudes , enfin de quoi en prendre pour 20 ans , ce que je n'ai pas fait puisque le Berry m'attendait , mais malheureusement ou heureusement ,(  je ne sais pas  )
 à mon retour je ne restais pas plus d'une année à la laiterie Delavaud , tout simplement parce que je fis partie de ceux  que " mai 68 " bouscula quelque peu alors
 j'eus envie d'aller mettre mon nez dans d'autres soupes . De ce fait je débarquais à Paris avec la ferme intention de tenter ma chance dans le journalisme.
Après deux semaines à l'Ecole supérieure de journalisme , je débutais à Europe1 pour finir rédacteur a " technicien du lait " avec d'autres fantaisies entre temps .
Au total cette plaisanteire a duré 4 années durant lesquelles je ne mettais pas de beurre sur mes biscottes . Donc en fin de compte devenu papa d'une petite fille
 entre temps , il fallait que je devienne quelqu'un de sérieux ; c'est peut être pour cela que ( pour le moment ) je suis technico-commercial chez Corblin, je suis
responsable du Sud-Est et que j'habite à valence .
Voila je suis un peu bavard , mais vous savez tout.
Ceci dit j'aurais  beaucoup de plaisir à retrouver prochainement le maximum de joyeux compères qui m'ont fait passer de bons moments à Aurillac  en 1965-66.
Donc à bientôt.

                   Bernard Delavaud

Gérard Defives :

Chers amis,

Bravo  pour cette excellente idée de faire circuler ce cahier de promotion ainsi que de se donner rendez-vous pour l'année prochaine à Aurillac à l'occasion
 du dixième anniversaire de notre promotion. Bien que je ne sois pas retourné à Aurillac depuis le sortie de  l'ENIL  je ferai le maximum pour pouvoir m'y rendre
 à cette occasion  et j'espère pouvoir tous vous y rencontrer .
Je signale au passage que les photos qui agrémentent le cahier et nous rappellent pas mal de souvenirs , ont été insérées par Bernard Delavaud.
Depuis la sortie de l'ENIL, je me suis présenté en compagnie de Bernard De Brondeau  au concours d'entrée du centre du lait à la faculté de sciences de Caen,
auquel nous avons été reçus tous les deux. Nous avons donc passé deux années excellentes à Caen ou nous avons fait connaissance d'autres anciens de l'ENIL
de la promo suivante . A la sortie de Caen et ayant été dispensé de remplir les obligations militaires , je me suis mis en quête de boulot , ce qui n'a pas trop traîné
d'ailleurs car je rentrais à l'usine de Gervais-Danone de  Seclin , toute nouvelle en février 1969 comme technicien de laboratoire . Au bout de deux ans passés
 près de chez moi, , la Société me propose le poste de chef de laboratoire de l'usine de Lyon ou je suis actuellement depuis plus de quatre ans. La région Lyonnaise
 me plait beaucoup, surtout pour la proximité des pistes de ski et j'ai l'occasion de voir de temps en temps des anciens de l'ENIL tels que Delavaud et Roche ,
 par contre j'ai complètement perdu la trace de Bernard de Brondeau avec qui je correspondais très souvent , mais qui, depuis qu'il travaille à la SODIMA ( Yoplait )
 ne donne plus signe de vie.
Sur le plan familial je suis marié depuis quatre ans et j'ai un petit garçon qui se prénomme Mathieu et qui a 20 mois.
J'espère que ce cahier aura pû faire le tour de la boucle d'ici le mois d'avril et j'en profite pour demander à tous ceux  qui vont suivre de ne pas le garder trop
 longtemps , c'est un voeu de Tony Maniaval qui m'a écrit dernièrement pour me faire en même temps un rappel de cotisation non payée .

                 Amitiés  à tous

           Gérard Defives


Michel Grand :


les enfants au jardin

                            
  et... Hop ! on souffle  les bougies  !                                                         

Bravo pour cette belle idée ! mais hélas comme le craignait Tony,j'ai bien peur moi aussi qu'à l'échéance du 26 avril 1976 la boucle ne soit pas fermée ....  Peu importe, l'essentiel est que chacun
 d'entre nous puisse transcrire son histoire après dix années de séparatio net par la resserrer nos liens. Eh oui Tony, tu te plaignais en ce début de cahier de n'avoir plus de nouvelles  alors écoute,
et tous les autres classards écoutez aussi  :
Ayant effectué mon service militaire avant d'entrer à Aurillac , je me vis parachuté rapidement dans la vie professionnelle à ma sortie de l'école .
 Je trouvais à une place au Crédit Agricole à Saint Eloy Les Mines , sur laquelle je me précipitais . Ensuite je me suis marié le 24 décembre 1966 avec une charmante épouse ( bien sûr )
 qui me donna deux beaux chenepands  comme leur père  ... Pierre 06-04-69 et David 11-02-71 et pour l'instant  c'est tout à moins que l'un d'entre vous me donne la recette infaillible pour commander
 la petite soeur. Mon épouse tenait un commerce .. bar , tabac, essence  à la Boule sur la nationale 143 à 3 km de Saint Eloy Les Mines . Durant 9 années nous n'avons pas connu de dimanches
 ni de vacances. Après 9 ans de cette vie la, je me suis décidé à en goûter une autre.... nous avons donc laissé le commerce depuis le premier décembre 1975... Ouf! c'est bien bon depuis
 que je me laisse vivre un peu et profite de la vie familiale. J'ai "entamé" une maison qui devrait se terminer vers l'automne , j'ai réussi à trouver une autre occupation, car je fais pas mal de
choses moi-même .
Quand à mon activité de banquier ça va.... au début ça nétait pas la gloire et j'avais bien envie de retourner à la laiterie , mais dans la régionde Saint Eloy Les mines Les laiteries
sont rares ,il faut faire un rayon de 50 à 60 km pour en trouver , alors  j'ai abandonné et suis resté banquier après avoir passé quelques examens de plus , j'ai vu mon salaire s'améliorer et maintenant
je n'ai pas à me plaindre. Je ne sais pas si je pourrais me libérer le 26 avril ,mais tout cela dépend de mon travail car le samedi est jour de marché et c'est la grande bous culade au guichet du Crédit ,
 aussi devons nous nous absenter le moins possible ce jour-la, de plus ma femme vient de trouver un emploi à Saint Eloi Les mines et elle travaillera aussi le samedi ! .... Compliqué ! .... De toute
manière je ne désespère pas de retourner voir notre pays vert  d'autant que j'aurais maintenant les dimanches et les lundis pour me défouler ... Donc à toi Tony je te promets une visite ,
quand à vous tous, si je ne suis pas au rendez-vous d'avril je vous prierais de bien vouloir me pardonner .

Comme dit Mathias: ça s'arrose dix ans

Amitiés à tous et à bientôt peut être
                                                                                                                                            Michel Grand


Christian Hamar :

C'est avec plaisir que j'ai reçu le cahier et je pense que c'est une très bonne idée. J'epère être libre le 26 avril  et avoir le plaisir de revoir tout le monde . Depuis l'ENIL, le premier octobre
de la même année je me suis marié avec une Auvergnate , je suis parti un mois en voyage de noces , et le 2 novembre je rentrais comme contrôleur agréé de la Répression des Fraudes à la
division de Clermont Ferrand pour m'occuper en particulier du lait à la production. J'avais plusieurs départements à faire  63 -03 -43 et la Creuse. Pendant mes tournées j'ai eu l'occasion
de revoir Michel Grand ,  Robert Mathias et Michel Petit et beaucoup d'anciens d'Aurillac . Après six années à la répression des Fraudes  , j'ai rejoint mon domicile familial  à Vichy en 
changeant d'administration  Je suis agent d'enquêttes au B-A-S , j'ai un petit jardin et je termine l'agrandissement.Malgré une bonne petite vie de fonctionnaire , j'ai pas mal d'activités
 à descendre souvent sur la côte d'azur  et dans le Berry.

J'ai ma femme qui a été nommée au début de mon mariage , directrice de crêche à Vichy , j'ai deux filles  Béatrice 8 ans et bénédicte 2 ans et demi.

  En vous disant peu être à bientôt


 Christian Hamar

Michel Audinet :

Cest avec une semaine de retard que j'expédie . Il aurait fallu penser aux grêves des PTT et à la rapidité de communication de notre groupe.
C'est avec plaisir que j'ai reçu ce livre d'or.
Je suis marié depuis 6 ans , un enfant de onze mois Eddy .
Je fais toujours partie de la société ORLAC , actuellement je dirige l'usine de Romans , fromagerie fraîche et affinée en vache et chêvre.Je n'ai pû descendre à Aurillac ,
c'est avec regret. Avant j'étais au lait Frais à Lyon avec Abes  Pourtugau , Mathias et peut être d'autres que j'oublie.

La laiterie Rousset était à cette époque un creuset de l'ENIL d'Aurillac .


  A bientôt

 Michel Audinet.

Daniel Certenais :

Comme tous,c'est avec plaisir que j'ai trouvé ce cahie  il rappelle de bons souvenirs , dommage simplement que le temps passe si vite.

Après ma sortie de l'ENIL, me voila au service militaire à Vannes ( 2 mois ) puis à La Flèche ( 14 mois ) , pas très marrant ce régime. Esuite je suis rentré aux laiteries Bridel
 d'abord à Retiers pendant 2 ans puis à l'Hermitage où je suis toujours comme responsable de fabrications de camemberts : pour ceux qui ne connaissent pas l'Hermitage,
c'est à environ 10 km de Rennes , vous voyez je n'ai pas quitté ma Bretagne  où je me plais bien. Il m'arrive tout de même de m'en éloigner ne serait-ce que pour me rendre
 à l'assemblée générale à Aurillac :  eh bien , nous n'étions guère nombreux en ce dixième anniversaire , voyons ..  Maniaval, Roche, Conté , Mathias, Menu, Vigier, et moi-même .
 J'espère que Tony nous fera un compte rendu de cette journée et que l'année prochaine nous serons plus nombreux .

Sinon je suis marié avec Monique depuis le 23 aout 1971 et devenu papa d'un petit garçon Régis le 9 févrie 1976.
Je ne veux pas être plus bavard de peur de vous ennuyer etpuis, il faut laisser la place aux suivants .

A bientôt j'espère  .....   Amitiés  à tous.

Daniel Certenais


Michel Petit :

Encore bravo à Tony, Jean Pierre et Robert pour cette excellente initiative, c'est avec un réel plaisir que j'ai feuilleté ce cahier .
Nous sommes aujourdhui  le 15 mars et il est pratiquement certain  que le cahier n'aura pas fait la boucle pour le 24 Avril , mais quelle que soit la date ce sera toujours
 avec plaisir que je le relirai . Après avoir quité l'ENIL j'ai fait mon service militaire dans l'aviation près de Toul et c'est la que j'ai connu ma future femme , nous nous
sommes mariés en décembre 1968 depuis nous avons eu 3 enfants : Alain 19-9-69; Rachel 17-11-70; Noël 25-12-71.

Après 16 mois de service militaire l'ENIL m'a proposé une place de contrôleur dans une coopérative laitière à Troyes où je suis encore actuellement : le travail est varié
 analyses sur lait pasteurisé, lait stérilisé, crême , beurre et conseils aux éleveurs afin d'obtenir un lait de bonne qualité .

En mai 1968 je suis allé faire un stage de 15 jours à l'ENIL afin de me remettre dans le bain et c'est là que j'ai revu Hamar qui je crois était à la répression des fraudes
 (  à cette époque Tony n'était pas là, le moniteur au labo était Cabrol ) .

Il y a environ deux mois j'ai revu Bernard De Brondeau qui travaillait à L'école d'industrie laitière de Nancy , mais je crois que depuis il a quitté cet emploi. .
Je n'ai jamais eu l'occasion d'assister aux assemblées générales , mais cette année je ferai un effort particulier pour me libérer

 A très bientôt peut être .

  Michel Petit.



                                                                                         Retour accueil